Connaissez-vous… le métier de rédacteur de comptes rendus ?

Tout le monde sait ce qu’est un banquier, un comptable ou un DRH. Mais rares sont ceux qui ont entendu parler du rédacteur de comptes rendus.

En 8 ans de métier, je n’ai rencontré qu’une personne qui le connaissait. Pour tous les autres, j’ai dû m’atteler à une présentation plus ou moins détaillée de la profession. En quelques minutes, mes interlocuteurs sont passés de l’étonnement à la satisfaction de découvrir un univers dont ils n’avaient pas conscience, alors même que, pour beaucoup, des professionnels œuvraient déjà dans leur entreprise.

Vous aussi, apprenez-en plus sur ce métier apparemment improbable, et pourtant capital à la réussite des réunions les plus stratégiques.

Comment travaille un rédacteur ? Quelles sont les entreprises qui font appel à ses services ? Découvrez ce métier rare qui, pourtant, recrute en permanence de nouveaux talents.

Qu’est-ce qu’un rédacteur de comptes rendus ?

Le métier de rédacteur des débats ou de comptes rendus consiste, comme son nom l’indique, à rédiger des comptes rendus de réunion. Il peut être :

  • soit indépendant et en lien direct avec ses clients
  • soit à son compte, mais faire appel à des sociétés qui lui propose des prestations de rédaction
  • soit salarié d’une entreprise, comme Codexa.

Comment procède-t-il ?

Selon le budget et les contraintes du client, il procède de différentes manières :

  • soit il assiste à la réunion, l’enregistre et réalise une prise de notes qui permettra d’attribuer les interventions à leurs auteurs et d’éclaircir les propos vagues sur l’enregistrement : « ce chiffre-là » (quel chiffre ?), « c’est vous qui le dites » (qui vous ?), etc.
  • soit il récupère l’enregistrement d’une réunion et écrit directement le compte rendu à partir des documents qui lui sont remis, par le client ou la société qui lui fournit la prestation
  • soit il assiste à la réunion et réalise, sans enregistrement, une prise de notes complète qui sera son unique support pour rédiger son compte rendu.

Son compte rendu doit respecter la forme demandée par le client :

  • la présentation du précédent compte rendu (police, marges, titres, etc.)
  • le format de retranscription (ou niveau de retraitement) :
    • intégral : les phrases de toutes les interventions sont reprises, en conservant le niveau de langue employé (familier, courant et soutenu)
    • retravaillé : les phrases de toutes les interventions sont reprises, mais en respectant un niveau de langue soutenu
    • synthétique : un nombre de pages par heure de réunion est respecté. Selon que le niveau de retraitement est plus ou moins condensé, les informations reprises sont plus ou moins importantes.

Rédacteurs et sténotypistes : quelles différences ?

Qui fait appel à ses services ?

Ce sont en majorité des sociétés privées (PME comme groupes cotés en Bourse) qui font appel aux services d’un rédacteur de comptes rendus, mais aussi des institutions publiques (ministères, conseils généraux, mairies…) et des associations.

La majeure partie de l’activité d’un rédacteur de comptes rendus concerne des instances représentatives du personnel (Comité d’entreprise, Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, Comité social et économique…).

L’activité du rédacteur de comptes rendus est cependant très diversifiée. Il peut également rédiger des séminaires, des colloques, des conseils scientifiques… Il œuvre dans tous les secteurs et tous les domaines, selon les besoins des clients, mais aussi ses propres compétences et appétences.

Pourquoi externaliser la rédaction ?

Dans le cas de CE, CHSCT et bientôt CSE…, les secrétaires font appel au service d’un rédacteur parce que la loi les oblige à rédiger et communiquer aux salariés un procès-verbal de toutes les réunions plénières de leur instance. Or les représentants du personnel peuvent :

  • manquer de temps : les réunions sont souvent longues et denses, pour des heures de délégation limitées
  • ne pas avoir les compétences nécessaires : leur métier est généralement très éloigné de la rédaction.

Certaines entreprises passent par un prestataire extérieur pour s’assurer d’avoir un procès-verbal objectif, respectant le point de vue de la Direction et des représentants du personnel.

D’autres organismes optent pour les services d’un professionnel qui saura mettre en valeur avec précision le contenu de leur événement (colloque, séminaire, conseil scientifique…). En effet, très souvent, le compte rendu joue le rôle de promoteur de la rencontre et de diffuseur de connaissances.

Conclusion : un métier méconnu, mais capital

Le métier de rédacteur de comptes rendus est méconnu.

Pourtant, son rôle est capital. Les procès-verbaux que le rédacteur rédige pour les instances représentatives du personnel (CE, CHSCT, CSE…) permettent une communication objective, précise et rapide des actions menées par les élus, et des projets sur lesquels ils sont consultés.

Ses comptes rendus assurent en plus la promotion d’un événement et le suivi des actions décidées en réunion. Ils limitent ainsi les risques de réunions inutiles – la fameuse réunionite.

Vous voulez en savoir plus sur ce métier

Vous aimeriez tenter l’expérience de la rédaction ? Déléguer la rédaction de vos comptes rendus à des professionnels ?

 

Codexa, spécialiste de la rédaction de comptes rendus depuis 2007, répond à toutes vos questions.

 

Je vous contacte

Étienne BP
Étienne BP
Ancien rédacteur, relecteur/formateur de rédacteurs chez Codexa, société spécialiste de la rédaction de comptes rendus de réunions professionnelles depuis 2007.Découvrez nos prestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *